Le feu-dansant

0
53
 feu dansant
Les martyres ne se sacrifient pas pour que les hommes passent leur temps à pleurer leur sort, et sombrer dans l’esprit de vengeance. Leur testament est de chasser la haine et l’injustice qu’ils avaient subies, pour que jaillisse enfin la lumière dans les cœurs des hommes, et construire ensemble un meilleur sort. Les martyres ne survivent pas dans les lamentations piteuses, mais dans l’honneur des actes promis à leur mémoire. Paix à leurs âmes.
Le feu brûle !
Le feu immole !
Ce temps sec, ce vil sommeil,
Ces hommes traîne-misère,
Toutes ces humiliations amères.
Alors, Chef, prière,
Pour moi saignant,
Pour lui à-point,
Bien-cuit pour notre ami,
Amen.

Prière Chef, une dernière Cène,
Un dernier Graal,
Bien cuit sur le gril,
Un beau feu d’artifice,
Pour illuminer le ciel,
Pour embraser la ville,
Faire soulever les vents,
Écouter gronder le tonnerre.

Voilà…Voilà… Hourra, Chef…

Les corps enfin se consument,
Réduits en cendres, ils s’envolent,
Humés par un peuple ivre.
Et, soudain, brave, sur les barricades,
Et la foule enfin s’éveille,
Et elle chante,
Et elle danse,
A braver les feux ombres,
A faire trembler les mi-hommes.
A voir renaître tous les martyres de leurs cendres.

Le feu remède !
Le feu tendre !

Abdelaziz Jaziri 17 décembre 2013

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here