Ramadan n’est pas simple « héritage culturel »

1
103

 

index
Le seul rempart, pour ne pas dire carrément ennemi qui se dresse encore face à la matérialité et l’asservissement de l’humanité par le ventre et le pseudo culturel reste l’Islam. Cet Islam qui continue de résister au folklore qu’est devenu les autres religions et courants mystiques. Cet Islam qui continue à résister au cléricat, en refusant les intermédiaires entre l’homme et le Divin.

Des intermédiaires, qui ne tarderont pas à vouloir le soumettre au nom de Dieu.Cet Islam qui résiste à se transformer en simples occasions festives ou mondaines, propices au consumérisme effréné, qui fait les beaux jours des commerces de toutes natures.

Bref, cet Islam qui résiste à la judaïsation et la christianisation, qui de religions se sont transformés en basses cultures au service de la machine libérale, avide de tout événementiel pour provoquer de faux émotions et remplir les caisses.

Or, l’Islam, la religion, n’est pas une simple fête, un concert de musique et de danse autour d’une bonne table. La religion est une quête existentielle, dont tout homme a, bon gré mal gré, besoin pour construire son identité et pour donner du sens à sa vie.

C’est le ressort incontournable pour l’équilibre de l’être, et pour déjouer l’absurdité apparente de l’existence. Tous les palliatifs, toute la matérialité, abondante et arrogante, du monde n’ont pas réussi à redonner à l’homme, sevré de Foi, une raison de vivre dans la paix et l’apaisement harmonieux. Au contraire, l’homme moderne, à juger par toutes les études et statistiques diverses, semble souffrir chaque jour un peu plus les angoisses et les affres de la vie, plongé dans le désarroi d’une vie d’errance sans objectif, qui satisferait à cette quête innée de son identité existentielle.

Évidemment, la religion n’est pas uniquement mysticisme et réclusion sur soi. Elle est aussi régulateur social et sociétal. L’équilibre exige les deux pendants, sans que l’un vienne renier l’autre. Évidemment, la religion est aussi et surtout amour de l’autre. La meilleure prière n’est-elle pas d’aimer les hommes. La Valeur. Voilà l’essence même de la religion, la Valeur et non pas la matérialité du quantitatif et du superficiel mondain.

Alors, méfions-nous de ses expressions sournoises qui fleurissent ces jours-ci dans la bouche de certains, à dessein ou à l’insu, où l’Islam ne serait que « notre héritage culturel » ! En quelque sorte, un patrimoine, ou pire un folklore, à entretenir. Voire, qui peut rapporter gros, commercialement parlant. « Humainement », aussi, il peut au besoin endormir ou manipuler la masse inculte. Car, ce qu’il faut entendre par héritage culturel, n’est pas forcément des savoirs acquis, mais des legs des anciens, des antiques !

Ai-je besoin, à titre d’exemple, d’attirer l’attention sur ce qui prédomine en ce début du mois saint de Ramadan, dans les médias- les prix de tous les produits de consommation, les préparatifs culinaires, et même, plus sournois, la multiplication des avis médicaux pour parler soit de régime alimentaire, ou de multiples cas de risque du jeûne ! Quid, ou très peu, de la valeur spirituelle, sociale (solidarité), sociétale (cohérence), économique aussi, ou encore du sens profond de l’acte individuel (abnégation, don de soi…).

Enfin, l’acte religieux est un acte qui crée l’équilibre existentiel chez l’homme, l’éloigne du fondamentalisme, le rapproche d’autrui, et le débarrasse de toutes sortes de servitude envers les hommes. En ceci, la religion, Culturellement Acquise, cette fois-ci, nourriture de l’esprit et purification de l’âme, présenterait un danger pour la matérialité, qui se nourrit, elle, des désarroi, angoisses et frustrations crées chez l’homme, pour l’avilir et museler toute velléité de révolte contre l’injustice et la cupidité des larbins, faux prêtres, faux clergés.

Bon Ramadan à tous, et n’oublions pas, Ramadan n’est pas une fête foraine ! C’est une construction de l’être, et un bienfait pour l’humanité.

Abdelaziz Jaziri

 

1 COMMENTAIRE

  1. Si chaque homme pouvait exprimer ainsi ses valeurs fondamentales, et bien, il n’y aurait tout simplement plus de guerre. Admirable dans tous les cas. Merci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here