Chipotage sémantique

0
146

images

 

J’ai envie de  chipoter un peu, pour titiller le mot tolérant. La tolérance est un vilain mot, qui cacherait bien son intolérance implicite, et son arrogance inavouée. « Je tolère, tu tolères », donc nous sommes persuadés que nous sommes, chacun de son côté, dans le vrai, et que l’autre est dans le tort. Mais, nobles seigneurs, nous  nous tolérons!

En fait, il faudrait plutôt parler de respect que de tolérance. Car le respect, n’a pas ce vilain implicite, arrogant en sus, de « supériorité », et d’avoir raison vis-à-vis, voire pire, de l’autre.

Deuxième « chipotage » tolérant, sur l’expression « vivre-ensemble »,qui est encore, à mon sens, un leurre tout comme le mot « égalité ». Vivre ensemble n’implique nullement ni sociabilité ni respect. Nous pouvons bien vivre ensemble en masse, comme c’est le cas, souvent, aujourd’hui. Cependant, nous vivons ensemble avec l’illusion de former une société; mais dans le fait les hommes ne font que se côtoyer et évoluer à distance. A y regarder de près, même, nous n’avons jamais autant été isolés les uns des autres dans nos esprits, aspirations et projets. Nous désertons les lieux spirituels, pour se déplacer et conglomérer en masse dans les nouvelles « cathédrales » marchandes, pour se livrer aux deux actes les plus individuels qui soient, l’acte d’achat et l’acte de consommer. Deux actes qui sont devenus au centre de l’existence de l’homme moderne ! Au faux vivre-ensemble, à la recherche de l’illusion du bonheur et du vivre ensemble dans le mirage de la consommation. Évidemment, la sémantique commercialisée est erronée. A dessein? Allez savoir!

Alors, plutôt ne faudrait-il pas chercher à vivre en « harmonie », dont l’implicite est beaucoup plus conforme au respect et à l’humanisme que nous avons tendance souvent à mettre en avant sur le papier et rarement en actes. Vivre en harmonie, qu’il soit, d’abord, avec soi, puis avec autrui et avec son environnement, naturel comme culturel. Voilà un projet beaucoup plus authentique, plus ambitieux, beaucoup plus humains, aussi, où les hommes apprendront à se respecter et se compléter, dans leur différences innées, et tendront à faire de cette mosaïque bénédiction, un ressort et un aiguillon pour se sublimer en harmonie, et rendre le poids de l’existence et leur destin plus supportable, plus juste à vivre, et moins factice qu’un acte d’achat éphémère dans une hyper cathédrale commerçante, non moins factice, elle aussi.

Certes, on peut me rétorquer que le respect et la tolérance sont deux choses différentes. Le respect est un acte de l’être: c’est un mouvement « du cœur », la tolérance n’est qu’un acte réfléchi: c’est un mouvement de la raison parce qu’il le faut…

Je le concède volontiers,  le respect est un mouvement du cœur. Et c’est le mot très juste, « mouvement » et non un acte.  Par contre, la réflexion et la raison, lacunaires de nature, peuvent-ils tolérer qu’on soit tolérant ? Je chipote, bien sûr….

Abdelaziz Jaziri

images

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here