Moulaya Mohamed et Lella Samia!!!

0
67

abbou

Moi, j’en ai que faire de la bienséance politique, et des calculs d’arrière-boutique des partis, soucieux de ne pas froisser personne en vue d’éventuels ralliements électoralistes. Moi, ce qui m’importe c’est de vivre libre et digne dans mon pays et ailleurs.

Ce qui m’agace, cette fois-ci,  à me dresser les poils tel un hérisson, c’est de voir tous ces membres et sympathisants du Tayyar « démocratique » (tellement démocratique, d’ailleurs, qu’à part sa Majesté Moulaya Mohamed et Lella Samia, on n’en connait presque personne d’autres sur la scène médiatique), se presser d’afficher tel un trophée de guerre  sur leurs page- vitrines-commerciales où l’orange fait des coudes à toutes les occasions et s’invite à toutes les sauces, le communiqué de NDA qui s’excuse des propos tenus par son chef de groupe à l’ANC M. Atig à l’encontre de M. M. Abbou.

Un incident, qui n’a eu d’autre mérite que de confirmer la médiocrité de l’un et de l’autre sur le plan de la communication politique, contribuant respectivement, en se jetant à la figure des quolibets et en surenchérissant sur leurs passés militants respectifs (nombre d’années en prison vendues à la criée au marché central),  à écœurer un peu plus les tunisiens et à faire rigoler les caciques rcd, qui se frottent les mains devant ces comportements puérils répétés qui  leur font regagner chaque jour un peu plus de crédibilité aux yeux d’un peuple ahuri et qui commence à penser « faute des grives, il vaut mieux recommencer à manger des merles ».

Je m’agace d’autant plus que je n’aurais moi-même pas fait le plaisir de ces excuses à quelqu’un, qui, avec femme et soldats de plomb, aujourd’hui se complaisent à traiter tous-à-azimuts et sans discernement de lâche,  de traitre et de compromission tous ceux qui ne partagent  pas leurs « opinions » piochées dans des livres traitant de politique théorique à l’eau de rose  dans le meilleur des mondes.
Alors, dites-nous Moulaya Robespierre, vous qui parlez sans cesse des principes intransigeants et de transparence totale, pourquoi vous êtes-vous tu en quittant le gouvernement de Jbali au bout de 6 mois? Est-ce par principe, ou vous vouliez juste sauver  votre fauteuil de leader en danger imminent au CPR?

Alors, pourquoi avez-vous après quitté le CPR? Est-ce pour une différence de vision, ou par perte de votre leadership et mise en minorité pour garder la chefferie, et vous vouliez votre parti à vous pour devenir Moulaya?

Plus tard, dites, ce n’est pas Lella qui a fait la tournée des radios et télés  à verser ses larmes chaudes de vierge violée à son insu,  en criant au scandale et au secours au chevet d’une constitution nahdha (sic khwanjia). Une constitution presque achevée (un député qui rejoindrait le sit-in de Bardo plus tard, m’a confirmé  alors enthousiaste qu’ils étaient presque à 90% de son écriture), donnant du pain béni à la contre révolution, un argument de choix pour provoquer un malheur et arrêter le processus?

Ce n’est pas toujours Lella, qui aujourd’hui distribue lâcheté et traitrise à tout va, qui hier après avoir naïvement accusé BCE d’assassinat de Chokri Belaïd, s’est rapidement dégonflée comme un ballon de Baudruche, et suggéré qu’il soit épargné d’abord de la LPPR, puis de l’article  15 de la loi électorale pour service rendu à la nation (sic) ! Et quel service !! Et fi de tout son passé douteux de tortionnaire ! Question principe, franchement on ne peut plus droit dans ses bottes…

Aussi, pourquoi, vous Moulaya Mohamed Robespierre, lorsque cet été la révolution était à deux doigts du gouffre, vous avez refusé de sortir la sauver dans la rue à la Kasba avec les autres?  Vous en avez empêché vos sympathisant et vous avez déclaré « la démocratie ne se fait dans la rue »!! Ah bon, l’ANC était carrément suspendue et les contrerévolutionnaires prêts à tout briser de la révolution et du processus démocratique à Bardo, et vous parliez de démocratie institutionnelle?!!

S’en suit, et c’est jusqu’au fameux Dialogue National, vous n’aviez dans la bouche à critiquer que NDA et le CPR. Quid des renégats du Bardo! Pas une intervention télé ou radio (nombreuses d’ailleurs pour un parti, qui représente combien, dites-nous..?) où vous n’aviez égratigné le gouvernement en place, et enfoncé le clou, en écho à Nidaa et au FP, sur son échec, son esprit partisan…..participant à l’affaiblir, et à l’acculer jusque ces derniers retranchements, et contribuer à pousser les tunisiens à jouer à la roulette russe en remettant son sort dans les mains d’un quartet plus que douteux et avec un gouvernement technocrate que vous feignez ne pas l’avoir voulu!
Tel un enfant gâté et capricieux vous faites tout pour briser  votre joujou pour venir après chialer en public remettant la faute sur les autres, et les traitant de tous les maux de la terre.

Il serait long de retracer tous vos ratages d’un enfant gâté et capricieux qui ne rêve que de principauté. Je ne parlerais même pas de vos propositions de projets de loi (tel le dernier sur la transparence financière dans les campagnes électorales) rédigées à faire rigoler un apprentis conseiller  juridique.

Juste un coup de gueule que j’essaie, contre nature, de garder pour moi depuis quelque temps, eu égard au respect que j’ai pour beaucoup d’amis qui ont rallié votre parti; mais, écoutant votre défense sur Express FM et lisant un communiqué d’excuses de NDA auprès de vous (même si, je ne suis pas dupe, ce ne sont que des excuses politiques bidons), j’étais pris de nausée, car aussi petit soit votre orange, le tri, sur le principe (puisque c’est l’argument qui vous tient a priori à cœur), entre démocrates et antidémocrates s’est fait cet été entre Kasba et Bardo.

Abdelaziz Jaziri

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here